Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2022 1 20 /06 /juin /2022 11:12

Triste nouvelle, nous venons d’apprendre le décès de notre ami Yvan MASSELOT; 

Les obsèques auront lieu le vendredi 24 juin à l'église de Montainville 78124 à 15 heures 30. suivie de l'inhumation au cimetière de cette ville.

Jacques Legendre et Jean Claude Lafon seont présent pour représenté l' ANAC.

Nous envisageons un dépôt de gerbe avec votre participation.

 

 

Témoignage D'Yvan sur le site des Commissaires de l'Air

Talon versement de solde par CATA Reims

J’ai effectué mon service militaire à Reims de mai 1956 à Juillet 1958, soit 27 mois. Auparavant, j’avais servi comme civil contractuel au CBA de Saint-Dizier où j’étais chargé de la vérification des comptes du foyer et des mess de la base de Reims. Sur cette base, comme appelé, j’ai été affecté au service du trésorier qui faisait partie du « groupe des moyens généraux 30/003 ». Je suis parti sur l’Athos II avec Paul Crepin. Le service du trésorier, sous la direction du capitaine Andréas, est parti en totalité à Chypre. Nous traitions des frais de déplacement et surtout de la solde. Aucune instruction n’étant parvenue à Chypre en  septembre, le colonel Barthélémy a décidé que l’intégralité des soldes de campagne serait payée en livres chypriotes. Un mois plus tard, la directive du commissariat (7) est arrivée et les Francs Méditerranée étaient mis en place. Les billets étaient des francs d’occupation en Allemagne, surchargés. Il n’y avait pas de pièces de monnaie. La part de la solde payable en livres chypriotes était fixée à 25% et le reste en monnaie de stationnement. Il a donc fallu régulariser les trop-perçus, ce qui a pris plusieurs mois. Heureusement, la DCCA a rapidement porté à 50% la part payable en livres chypriotes. Ces fluctuations étaient, parait-il, liées à des questions de balance des paiements. D’une manière plus générale, le montant de la solde en campagne a beaucoup déçu, mais il devait être doublé au déclenchement de l’opération.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2022 6 11 /06 /juin /2022 15:26

Andrée NADAL  "Dédée"
Nous a quittée le lundi 6 juin Elle est partie retrouvé Raymond
Le couple Naval avait été l'un des artisans de le création de notre Association.
Ils n'avaient jamais manqué une assemblée générale.
Ils nous avaient reçu chez eux à Courry nous faisant découvrir leur magnifique région l' Ardèche

Au revoir Dédée nous n'oublierons pas votre gentillesse.

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 17:43

Paul BACOU est décédé le 2 décembre dernier

Paul avait été l'artisan de nos rencontres de Tarbes et de l' apposition de notre plaque commémorative à l' entrée de la caserne du 35 eime RAP

A Andrée son épouse, à sa famille nous adressons nos plus sincères condoléances

Partager cet article
Repost0
17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 08:30

Notre ami Noël Sallaz est décédé le dimanche 9 mai dernier Ses obsèques auront lieu lundi 17  à 14 heures à Isles  sur Suippes .

Nos amis Jasques Legendre et  Jean Claude Lafon y assisterons.

Noel  avait fait toute sa carrière à  la 3 Escadre au 3/3 Ardennes puis au 2/3 Champagne où  il avait ère  Chef de piste

Nos condoléances  à  toute sa famille

 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 14:06

Notre ami Stan s'en est allé rejoindre Irène son épouse chérie

Les obsèques auront lieu en Charente, et l'inhumation à Borest le jeudi 28 janvier à 10 heures 40;

Toutes nos pensées vont vers eux et leur famille.

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2019 3 18 /12 /décembre /2019 08:44

Bernard Danglade vient d'effectuer son dernier saut.

Il vient de quitter cette terre après plusieurs années de galère.
Bernard avait intégré notre association dès sa constitution
Il représentait la "branche para" et était le porte-drapeau de la région Sud-Ouest
Bernard était né le 31 octobre 1934. Incorporé au BETAP de Pau en octobre 1955, il était allé à Chypre sur l'Athos II et affecté à l'ERA (Elément de Raviatillement par Air )
Séjournant au Camp X jusqu'en Avril 1957 il était rentré en France à bord du Méditerranée..
Il avait été libéré de ses obligations militaires en octobre 1957.
A sa compagne , Marcelle nous adressons nos plus sincères condoléances.

L'ERA c'est 48 missions de largage du 28 octobre au 8 novembre 56

(71 tonnes en largages lourds et 28 en léger).  Le conditionnement et la mise en  place de 700 tonnes de matériel en soutien des opérations
Les paras à Chypre c'est aussi 5000 sauts d'opération et de  manoeuvres.

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 17:40
Et le combat cessa faute d'Anciens Combattants !!!

 

 

 

De gauche à droite: Jacques Legendre, Raymond Nadal  André Painsecq,  Bernard Vincent et Paul Crépin sur le port de Limassol en 2005.

 

De bien triste nouvelles en ce début du mois de Juillet

Bernard Vincent et Raymond Nadal nous ont quittés.

Tous deux étaient membres fondateurs de notre association et élus au bureau jusqu'à la dernière assemblée

Ensemble ils avaient fait le retour vers la France sur le cargo "ABBEVILLE" en février 57

Jean Claude Lafon et Jacques Legendre se sont rendus aux obsèques de Bernard Vincent et ont déposé une gerbe au nom de notre Association.

Compte tenu de la distance nous n'avons pas pu assister aux obsèques de Raymond Nadal.

Nous nous en excusons auprès de Dédée son épouse.

Nous avons reçu ce petit mot de la fille de Bernard Vincent

"Mon père est parti, je reprend doucement le cours de ma vie sans lui.

Merçi pour vos marques de sympathie, merçi pour le déplacement, merçi pour les fleurs.

Vous savez combien votre Association comptait pour lui.

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 10:15

 

Peindre le matériel

 

Au moment où nous commémorons le 75 ème anniversaire du débarquement de Normandie Voici un petit rappel à propos des "bandes d'invasion"utilisées pour la seconde fois dans l'Histoire.

 

Par message-express daté du 23 août 1956,

l'attaché Air à Londres fait savoir que :

« tous avions participant à l'opération 700 devront porter des marques de reconnaissance suivantes : Stop.

Au milieu des ailes, et sur le fuselage, ou poutre avant,  plan fixe vertical,

trois (3) bandes jaunes, et deux (2) bandes noires alternées. Stop.

Largeur de chaque bande prévue :

1° Avions transport : deux (2) feet

2° Avions chasse et reconnaissance : un (1) foot. Stop  

 

Peinture devra être réalisée pour D-2 et vraisemblablement en 24 heures. Stop.

RAF fournit peinture et matériel nécessaire. Stop

Personnel à fournir par nos soins. Stop.

« Suggère essais préalables avec couleurs différentes soient faites sur F-84 F en vue étudier réduction éventuelle performances Fin. »

 

Ce message adressé au général Raymond BROHON, lequel a quitté le commandement de la 3 ème BA et la BAO 112 en juin dernier fait l'objet d'une annotation manuscrite :

« B : ne fait rien pour cela considérant que la suggestion ci-dessus est inconsidérée ».

Cependant le 29 août 1956 par lettre-message le général Edmond JOUHAUD major général de l'armée de l'air, fait savoir au 1er CATAC, à la 3 è brigade (Reims) à la 33 è ER (Cognac) et au GMMTA (groupement des moyens militaires de transport aérien) des instructions émises depuis Londres ;

Il ajoute :

« La peinture sera réalisée après redéploiement des avions sur les terrains d'opération.

La RAF fournira la peinture et le matériel  nécessaire.

La main d’œuvre sera fournie par les unités respectives. »

 

Par ailleurs l'ordre d'opération n° 2 portant pour titre

 « Moyens de reconnaissance entre forces alliées »

précise les normes afin d'assurer la distinction rapide entre ennemis et amis, laquelle exige que les différents systèmes d'identification adoptés au niveau interarmées reçoivent la plus large diffusion possible.

En ce qui concerne le marquage des véhicules amis (chars et véhicules blindés) une bande noire de 5 centimètres  peinte autour de la tourelle en son milieu, un « H » blanc au sommet de la tourelle.

Pour les autres véhicules un « H » blanc sur le toit ayant pour dimension 1 m 70 (ou s'en approchant autant que possible) .

Les traits de la lettre auront 12 cm 5 de large.

De plus un « H » sera peint derrière et sur les deux cotés, il aura 45 cm de haut, et les traits de 6 cm de large. 

De façon générale , les véhicules seront peints en couleur sable, à l'exception des ambulances (croix rouge sur fond blanc), et la plupart des véhicules de la RAF, lesquels seront peints en bleu

« Royal Air Force ».

L’ordre d’opération indique que « les avions amis sauf bombardiers Vaillant, Canberra, et hélicoptères, porteront trois bandes jaunes, et deux bandes noires alternées, vers le centre de chaque aile et du fuselage ou du gouvernail de direction, juste en avant du gouvernail de profondeur.

Pour les avions de la Marine, de transport ou de reconnaissance photo, chaque bande aura 66 cm de large.

Pour les autres appareils, les bandes auront 33 cm ».                                                                                       

 En fait, ces directives viennent des confusions possibles sur le champ de bataille.

Les Égyptiens possèdent un équipement identique ou  semblable aux Anglo-français .

D’où l'adoption du système décrit ci-dessus.

Ainsi pour les avions égyptiens, ceux susceptibles d'être confondus avec ceux du corps expéditionnaire sont :

les Météor, les Vampires, (comparable aux Venon Anglais), les MIG 15 (comparable aux F-84 et Hunter) ), les Lancasters (comparables aux Shackleton).

Ces directives rappellent celles définies lors des opérations du débarquement en juin 1944.

Elles demeurent aujourd'hui le symbole caractéristique de l'opération 700.

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 10:03

La DAT et l'opération 700

 

 

La situation au moyen-orient, la création d'un corps expéditionnaire, conduit le commandement de la défense aérienne du territoire, en accord avec l’état-major de l'armée de l'air, à prendre des dispositions, lesquelles font l'objet d'une instruction relative à la préparation et au déroulement de l'opération 700/DAT, instruction émise le 20 octobre 1956.

Elle prend en compte les hypothèses concernant la menace aérienne, soit :

- un conflit limité à prédominance méditerranéenne,

- des opérations aériennes conduites par l'ennemi à partir de bases africaines ( Égypte, Libye, Tripolitaine),

- l'utilisation d'appareils type IL 28 et Lancaster,

-  des attaques aériennes par avions isolés de jour comme de nuit, ces avions ne disposant pas de dispositif de brouillage.

Il ressort alors, qu'étant donné le rayon d'action des appareils IL 28 et Lancaster, la menace aérienne s’étend pratiquement à toute la FRANCE et à l AFN.

 

En conséquence, compte-tenu de cette menace, il est arrêté que les points sensibles à défendre en priorité seront :

- les ports et villes d'AFN (partie orientale),

- les ports et centres démographiques méditerranéens en métropole,

- le couloir rhodanien (centres démographiques),

- la région parisienne (centres démographiques).

 

C'est pourquoi, la DAT (défense aérienne du territoire) dont l'état-major est situé à Versailles, Caserne des Petites Ecuries, reçoit plusieurs missions, dont certaines sont déjà de ses prérogatives.

Dans un premier temps, assurer la détection et le contrôle.

Il s'agit de l'établissement face aux attaques venant du sud-est, et de l'est d'un dispositif cohérent de défense aérienne, portant sur la partie orientale de la ZAD 901 (zone aérienne de défense), et de la ZAD 903 et sur toute la ZAD 902, y compris éventuellement les approches maritimes.

 

Dans un second temps, assurer le contrôle de la circulation aérienne.

En effet, en vue de l'identification de tout aéronef pénétrant tant en métropole qu'en AFN, il est institué des volumes d'identification obligatoire, de couloir de pénétration et de procédures de contrôle.

 

La procédure ultime est l'arraisonnement, voire la destruction.

Tout avion pénétrant à l'intérieur des limites précisées par notam (notice to air mer, avis aux aviateurs), sans en avoir reçu l’autorisation par une station militaire de contrôle (SMC) intéressée, ou volant en dehors des couloirs de pénétration sera intercepté, et obligé d’atterrir sur un aérodrome indiqué par le (ou les) intercepteurs, suivant les procédures en vigueur publiées dans les NOTAM. 

 

Si l'avion douteux n'obéit pas aux ordres des intercepteurs, ces derniers ont instruction d'ouvrir le feu selon des modalités qui restent à définir.

Quant à l'artillerie anti-aérienne, elle déclenchera le tir suivant les prescriptions réglementaires.

Par ailleurs, l'alerte aux populations civiles de la partie orientale de la métropole, sera donnée par les soins de la protection civile.

 

Enfin il n'est pas prévu d'exercer de contrôle des émissions radio.

L'instruction du 20 octobre prévoit un réaménagement de la défense aérienne dans son organisation du temps de paix :

- adaptation du dispositif radar, des centres d'opérations et de centre de triangulation     radiogoniométriques (CTR),                                       

   1/2

- adaptation du dispositif de contrôle de la circulation aérienne,                                                

- déploiement des moyens actifs, support logistique et technique des moyens aériens,

- calendrier graduel de mise en place des moyens actifs selon la situation générale.

 

Pour ce qui relève du dispositif radar, des centres d'opérations et des CTR, l'espace aérien est divisé en trois zones de défense aérienne (ZAD)

- la ZAD 901 (commandement des opérations de secteur à Paris Orly), zone qui couvre la moitié nord de la FRANCE

-la ZAD 902 (commandement des opérations de secteur à Aix) zone qui couvre la moitié sud de la FRANCE.

-la ZAD 903 (commandement des opérations de secteur à la Reghaia et à Kébir) zone divisée en deux couvrant l’Algérie et la Tripolitaine.

Si les ZAD 901 et 902 sont peu touchées, (mise en sommeil de quelques stations telles, Saint-Valery, Doullens ou Rethel, c'est la ZAD 903 qui fait l'objet de renforcement notable, des moyens de détection: dix huit radars sont implantés dans cette zone.   

Il est également prévu le déploiement de moyens actifs, ainsi :

 

- Pour la zone 901, le déploiement prévoit :

à Cambrai : 12 ème EC* (2 escadrons de Mystère IV)

à Creil:  10 ème EC ( 3 escadrons de Mystère II)( 1 escadron de NF 11)

à Dijon : 2 ème EC (3 escadrons de Mystère IV)     

 

- Pour la zone 902

à Orange :      5 ème EC ( 1 escadron Mystère II)

à Istres :       12 ème EC ( 1 escadron Mystère IV)

                    30ème ECN**  (8 NF 11)

à Nice :           5 ème EC ( 1 escadron Mistral) 

à Ajaccio ou Bastia, 1 détachement Mistral (5 è EC)

 

- Pour la zone 903

à Bizerte, El Aouina, Sfax, Alger, Bone, : moyens aériens des 6 ème et 7 ème EC

à El Aouina : 4 NF 11 (30 è ECN)

 

Bien sûr l'activité des unités aériennes est liée à l'ouverture des terrains.

Sont définis des terrains de travail et des terrains de recueil, lesquels selon un calendrier prédéterminé devront être ouverts de jour comme de nuit.

La mise en place des moyens aériens suppose les supports logistiques et techniques permettant l'exécution de deux missions par avion et par jour, (kérosène, oxygène, munitions), mais également le logement des renforts..

*  EC escadre de chasse

**ECN escadre de chasse de nuit

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 09:14

OPERATION 700

 

 

Les premiers mouvements avion

 

 

 

Dans le rapport qu'il rédige le 27 novembre 1956, rapport relatif à la création, à l'installation, et l'activité du groupement mixte n° 1 (GM1) à Chypre, le général de brigade Raymond BROHON écrit qu'à la date du 23 août, l'état-major de l'armée de l'air créait le groupement mixte n° 1.

Composé de :

deux escadrons de chasseurs F-84F,

d'un escadron de reconnaissance RF-84F, et,

d'une flotte de 40 Nord 2501.

Il devait se déployer sur les bases d'Akrotiri pour la chasse et la reconnaissance, et de Tymbou pour le transport...

Il comprenait un total d'environ 2600 officiers, sous-officiers et hommes de troupe, 700 véhicules et remorques diverses.

Son transport par voie maritime commencé le 21 août à Marseille se terminait le 13 septembre à Chypre.

Le 24 septembre, les deux bases étaient opérationnelles, et, tout le dispositif logistique au soutien d'opérations continues de durée indéfinie était en place, ainsi que les transmissions assurant au GM1 des liaisons entièrement autonomes.

Parallèlement un calendrier de mise en place de F-84 F et de RF-84 F à Chypre était arrêté.

Dans le message que le 1er CATac (Commandement aérien tactique) adressé à la 3è BA (Reims), à la 33è ER (Cognac), et au GMMTA,(Groupement des moyens militaires de transport aérien), il est ordonné le décollage des F-84F de Reims, et, des RF-84F de Cognac.

A l'origine ces derniers devaient rejoindre Reims avant de prendre la direction de Chypre.

Le GMMTA est rendu destinataire, car le groupement doit fournir un Nord 2501, assuré le recueil SAMAR ( sécurité aérienne maritime) dans la dernière partie du trajet entre Rhodes et Chypre.

En effet le recueil SAMAR anglais n'utilise pas l'UHF, un relais radio a du être organisé au moyen de Nord 2501équipés en radio UHF.

Le calendrier édité indique, que  

« commandant de la 3 ème brigade constituera escadron marche comportant 5 patrouilles simples opérationnelles avec encadrement normal pour un  séjour d'environ 3 semaines ».

Puis il indique que les F-84F au nombre de 4 décolleront dans l'après-midi du 24 septembre.

Le 27 septembre décolleront 4 RF-84F de Cognac (1)

Enfin le 30 septembre 4  F-84F décolleront de Reims.

Pour chacune des trois patrouilles l'arrivée à Brindisi devra se faire avant 17 heures, heure locale.

Elles décolleront le lendemain de leur arrivée à  destination d'Akrotiri.

Par ailleurs il est écrit, que « Commandant 3 ème brigade(2)  effectuera déplacement au sein patrouilles concerto bleu (3)  reliquat pilotes chasse 3 EC seront transportés par avion GMMTA.

Départ Reims journée du 29-9-56 ».

Mais avant que ce premier contingent de 8 F-84F et 4 RF-84F ne s'envole, des directives ont été données pour organiser un service d'escale aérienne à  Brindisi dans le sud de l'Italie.

Aussi, un détachement d'escale 3è BA est constitué le 31 août 1956 sur la BAO de Reims ( détachement temporaire et permanent). 1/4   

Le commandant MOLINIER, officier supérieur, adjoint technique, arrête la liste suivante.               

Capitaine ROUSSEAU Robert Adj    LEBLANC  Pierre Adj    GOETTMANN Henri Adj    GARY Jean Sgt     BRANCHUT  Daniel Sgt     DOUCI Serge (ou DOUCY) Sgt     LEPINE Georges Sgt     GIRARDCLOS Claude Sgt     PLANQUE Arcadino Sgt     BRETON Albert Sgt     DELAGE Michel Sgt     HUBNER André sgt  LEBIGOT Alexandre Sgt     HIVERT Rémy Sgt     LEFEVRE Pierre Sgt     POULKAOUEC Jean Sgt OLIVIER Robert Sgt DHERET Claude  Sgt MILLET Yvan Sgt BLUTEAU Claude Clc    BONNELLES Émile Adc   PASTRE Henri 33 ème ER Sgt    ROUSSEAU     33 ème ER

Certains devront effectuer un séjour de 30 jours, d'autres uniquement un séjour de 8 jours.

 

Après le passage des avions, le commandant MOLINIER dans une seconde liste, indique que le personnel temporaire devra rejoindre le G.S. (4)

Adj    GARY Jean  1/3 Sgt    DOUCI Serge  1/3 Sgt    OLIVIER Robert 2/3* Sgt    LEPINE Georges  3/3  Sgt    GIRARCLOS Claude 1/3 Sgt    BRETON Albert 3/3 Clc    BONNELLES Émile  G.M. Sgt    DELAGE Michel 2/3* Sgt    LEFEVRE Pierre 2/3*     Sgt    POULLAOUEC Jean 3/3 Adj    PASTRE Henri 3ER

* ou éventuellement rejoindre Reims

2/4 Le passage des 12 F/ RF-84F réalisé,  l'effectif de l'escadre est donc réduit (5)

Quelques semaines plus tard, de nouveau, le commandant MOLINIER, rédige un ordre de mouvement des techniciens désignés au sein de la 3 è BA.

Il arrête une liste de personnel, constituant le complément de l'escale mise en place à Brindisi, il doit faire mouvement de Reims le 20 octobre 1956 par voie aérienne

Adc  GOETTMANN Henri Adj  GARY Jean Adj LAVEAUX Lionel Sgt BERNARD Gaston SgtBORNET Norber 2/4 Sgt   BOUILLAN Michel Sgt MANSOUR Xahair Sgt DOUCI Serge Sgt   OLIVIER Robert Sgt GIRARDCLOS Claude Sgt DHERET Claude Sgt LEFEVRE Pierre Sgt DELAGE Michel Sgt POULLOUEC Jean

 

Après le passage des avions à Brindisi, ce personnel, recevra la destination suivante,

- Chypre

Adj GARY,  Sgt DOUCI,  Sgt GIRARDCLOS,  Adj LEVEAUX,  Sgt POULLOUEC,  Adj PASTRE Henri, (33 ème ER)

- Reims

Sgt OLIVIER,  Sgt DELAGE,  Sgt LEFEVRE,  Sgt DHERET,  Adc GROETTMANN.

Il reste dès lors 16 personnes en place à Brindisi.

Par ailleurs, entre-temps, la présence d'un premier contingent de la 3è EC à Akrotiri crée un déséquilibre et nuit au bon fonctionnement de l’escadre de chasse à Reims dû à l'envoi massif de matériel technique avion et de personnel qualifié.

Or depuis l'arrivée des premiers F-84F en septembre, l'activité aérienne est réduite à Chypre.

Aussi le 1er CATAC (bureau technique) demande au 3è bureau de l'EMAA par message du 26 septembre, afin de reprendre l’entraînement normal des pilotes de la 3è EC, d'intervenir auprès du GM 1, afin que soient renvoyés à Reims, les adjudants FRETARD et NEDEY, le sergent-chef RUSTON , les sergents VINET,  CLANET,  BATZENKHLAGER, CAIROLI, ROSSABE, THOMAS, le caporal-chef CARLIER,  et, trois sergents armement à désigner.

Il est également demandé le retour de matériel  divers, tels que clefs dynamométriques, vérins, chariots, caisses à outils, documentation réacteur,etc...

L'activité des 8 F-84F, et de 4 RF-84F mis en place fait l'objet d'une note signée du général Raymond BROHON commandant le GM 1, le 25 septembre 1956.

Pour les F-84F, les missions à effectuer sont le tir aux armes de bord (mitrailleuses), aux roquettes, et au bombardement après accord avec les autorités britanniques, en vue de tester les délais de réarmement.

Pour les RF-84F, sont autorisés uniquement les reconnaissances de l'île de Chypre et également les tirs aux armes de bord, aux mêmes conditions que pour les F-84F.                                            

 

De plus, les missions photos sur l’île de Chypre doivent être exécutées avec l'accord des Britanniques.

Aucune section photo ne sera en place, les films seront développés au retour en France.

Enfin, les avions au cours de ces vols locaux devront impérativement et obligatoirement rester dans les environs immédiat de l'île de Chypre. (6)

Pour compléter ces listes, trouvé ces quelques noms : 

Détachement Escale Mystère IV A

Adc BREY, Sgt MUNIER, Sgt LAPOUE,  Sgt MAGNANI,  Sgt ANDREU,  Sgt BRUNIER,

Sgt FRELIN, Sgt OUDENOT,  Sgt GARRY,  Sgt LOUIS,  Sgt AYMES,  Sgt BOURGAIN,  Sgt GUENIOT,  Sgt SAYES,  Sgt HALBENER,  Sgt CAMILLI, Sgt BARTHELEMY.

 3/4

Pilotes Mystère IV A ( 2 è EC, Ec1/2, Ec 3/2)

CASTAGNOS, LARRAYDIEU Maurice, ALGRA, Cne FAURE, Sgt MAILLOUR,  Lt GNEPA, Sgt GARNIER, Adc GILLE, Sgt JOULIER, Sgt BARDET, Sgt GALLEY,  Lt FAVEUR, S/ Lt RASTEL,  Sgc MENDIHGAT, Sgt LEGROS,

Pilotes RF-84F

Cdt LAPICHE,  Lt WILLAY,  Lt LAFFONT,  Lt FARGIER, Lt SAGET,  Lt YON, Lt DUHAUMONT *, Lt VANDEINSE *, 

* Pilote convoyeur RF-84 F

GUY Maurice (Lt de réserve), MALHER Philippe (Lt de réserve),  DESCHANEL Henri (Lt de réserve),

(tous trois affectés CEP 80 /450

Pilotes EC01.011 « Corse »

Cdt PERSEVAL Georges  (cdt 1 EC ),   Cap VAUJOUR Paul (cdt Ec 1/1), Sgt VEHLMANN,  Lt SALINI 

(1) - les 4 avions décolleront le 27 septembre de Cognac.

Deux, feront demi-tours pour des raisons techniques.

Deux, feront demi-tour dans la région de Rome pour atterrir à Marignane -

Le mouvement des 4 avions sera reporté au lendemain 28 septembre, ils arriveront le 29 septembre à Akrotiri, mise en place réalisée dans le cadre de l'opération « Anjou ».

 (2) Le colonel Gabriel GAUTHIER vient de succéder au colonel Raymond BROHON en juin 195 à  la tête de la 3 ème BA et de la BAO 112

(3) Indicatif radiophonique de la première patrouille de 4 avions à décoller de Reims à destination de Chypre, Col GAUTHIER, Cap PAYEN cdt 3/3, Cap Le SCOUEZEC Cdt 1/3, Lt MARCOIN C EC 2/3

(4) Définition inconnue de l'auteur – situé à CHYPRE

(5) 4 F-84F arrivent le 27 septembre, 4 RF-84F arrivent le 29 septembre, 4 F-84F arrivent le 1er octobre à Akrotiri.   

(6) Sur une liste éditée le 18 octobre par le 1er CATAC / BT figurent les noms suivants en complément :

Clc  SUPPLISSON Christian, FOUILLAC Jean, Cal  MORLET Jean-Claude, POULAIN Jean, TOULLEC Hubert, BARTEL Lucien

Soldats  SERVAIS Roger, RAMON Claude, MASSICO Jean,

Cal  ISOIRD Charles.                                                  

 

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0